Afin de garantir vos impressions 3D, la qualité de vos modélisations 3D est vraiment déterminante, hormis le choix de l’imprimante ainsi que du matériau à utiliser. Pour cela, le recours à un logiciel de CAO (Conception Assistée par Ordinateur) s’impose sans hésitation afin de dessiner efficacement le modèle qu’on désire reproduire via l’imprimante 3d. Actuellement, il existe des tas de logiciels de modélisation sur le marché, ce qui nous rend parfois dans l’embarras de choix. De plus, ils disposent chacun leurs spécificités en fonction de leur domaine d’utilisation : jeux vidéo, architecture, mécanique, médical, etc. Et pour que l’impression puisse mieux se dérouler, il ne faut pas oublier les logiciels de tranchages ou slicer.

S’équiper d’un bon logiciel pour optimiser vos impressions 3D

Avant de procéder à l’impression tridimensionnelle en question, il convient d’optimiser un fichier 3D générer par un logiciel de modélisation. En effet, ce type de fichier dispose de toutes les informations requises pour permettre à l’imprimante 3D de reproduire efficacement l’objet voulu. C’est pour cette raison qu’il est plus qu’indispensable de s’équiper d’une bonne application avant de concrétiser votre projet d’impression. En général, il existe différentes manières de générer un fichier pour une impression 3d, notamment le recours à un logiciel professionnel ou une application de modélisation conçue pour optimiser une animation tridimensionnelle. Si vous voulez, vous pouvez aussi recourir à un logiciel gratuit de création de modèles 3D si vous n’êtes encore qu’un débutant dans ce domaine. Par ailleurs, après avoir mis au point votre modèle 3D, celui-ci doit être tranché en couche 2D pour pouvoir être imprimé. L’intervention d’un logiciel supplémentaire est dans ce cas nécessaire, notamment un slicer pour découper de manière précise le fichier STL afin d’obtenir les couches imprimables par l’imprimante 3D. Et ce n’est pas tout ! Il y a aussi le logiciel conçu pour optimiser la communication entre la machine et l’ordinateur. Si obtenir un logiciel professionnel pour optimiser vos impressions 3D vous tente, vous pouvez visiter dès aujourd’hui www.3dindustries.fr.

Opter pour le logiciel de modélisation qui vous convient le mieux

Avant de choisir tel ou tel logiciel de CAO pour façonner vos modèles 3D, il convient de définir en premier lieu le type de création que vous souhaitez mettre en œuvre : produit médical, architecture, article de décoration, figurine, pièce mécanique, etc. N’oubliez jamais que chaque logiciel que vous allez utiliser a sa propre spécificité. Il est aussi essentiel de connaitre votre niveau et connaissance en modélisation 3D. Ensuite, il ne faut pas oublier d’analyser votre budget, sauf si vous souhaitez recourir à des logiciels gratuits. En général, les logiciels pour une numérisation 3d peuvent être répartis en trois catégories, notamment les modeleurs volumiques, les modeleurs surfaciques et les modeleurs paramétriques. Le premier choix vous permet de créer des objets aux formes moins sophistiquées et primitives. Le deuxième est surtout conçu pour définir mathématiquement la surface du modèle, ce qui en fait l’outil idéal dans le domaine du design et artistique. Et enfin, la troisième option s’adresse spécifiquement aux professionnels, notamment les architectes et ingénieurs. Les logiciels de modélisation, hormis le fait de travailler les formes géométriques, vous permettent également d’optimiser les couleurs, les textures, la luminosité de vos fichiers 3D.

Recourir à un scanner tridimensionnel, pourquoi pas ?

Afin de procéder à la numérisation de l’objet qu’on désire imprimer via une imprimante 3D, la technique du scan 3d est également très intéressante tout en permettant d’accélérer davantage le processus, donc gain de temps considérable. Donc, pour analyser l’objet ou l’environnement tout en capturant toutes les données nécessaires, l’usage d’un scanner tridimensionnel est vraiment incontournable. Ainsi, il est plus facile de constituer un nuage de points numérique ou plus précisément un système de coordonnées qui peut être traité ultérieurement dans un logiciel de modélisation. Via les points numériques obtenus, il est beaucoup plus facile de reproduire efficacement la forme de l’objet en image de synthèse 3D. Avec un scanner ultra-performant, il est bel et bien possible de capturer l’aspect, les couleurs ainsi que les textures du modèle. Par ailleurs, pour obtenir des données précises pour des pièces ou des espaces, il convient de déplacer depuis plusieurs angles et points de vue le scanner. Sur le marché, le scanner tridimensionnel existe en trois grandes catégories : les scanners dits à la lumière, les scanners laser et les scanners stéréoscopiques. C’est à vous de choisir ce qui vous convient le mieux pour optimiser encore plus vos impressions 3D.  Mais, quel que soit votre choix, le scan 3D est une option incontournable en termes de précision avec une finesse qui peut aller au-delà de votre imagination. Et même dans les milieux les plus hostiles, la reproduction peut toujours se faire via un scanner tridimensionnel.

Slicer ou logiciel de tranchage avant de procéder à l’impression

Normalement, le fichier 3D généré par les logiciels de modélisation doit être tranché en 2D pour que l’imprimante puisse le reproduire efficacement. Dans ce cas, l’utilisation d’un logiciel de tranchage, appelé slicer s’impose sans directement. Le slicer va dans ce cas trancher le fichier numérique tout en fournissant les informations nécessaires à l’imprimante 3D. Donc, sans ce logiciel, il est quasiment impossible d’optimiser vos impressions 3D. Avec ce logiciel de tranchage, l’objet à imprimer est défini par assemblage de données notamment l’épaisseur des couches, la quantité de matières ainsi que la vitesse d’impression. Par ailleurs, il est important de définir l’épaisseur de la couche de matière utilisée au moment du tranchage. Plus la couche est épaisse, moindre sera la tranche à calculer, et vice versa. Il également indispensable de définir la densité de l’impression 3D en fonction du volume de matière à l’intérieur de l’objet à reproduire. En guise d’exemple, pour un article de décoration comme une vase, il est possible d’opter pour une faible densité, car l’objet en question est totalement creux. Par contre pour une pièce mécanique, le remplissage doit se faire partiellement ou intégralement. Toujours concernant la densité, il est également essentiel de déterminer l’épaisseur de la surface extérieure de l’objet.